What would you like to search for?

Faune sauvage

Pour une coexistence avec la vie sauvage

© WWF-Gabon

WWF concentre son travail sur un certain nombre d'espèces menacées présentes au Gabon.

© Hervé Morand / WWF
© Hervé Morand / WWF

Eléphants de forêts


Les populations d’éléphants ont chuté dramatiquement aux 19ème et 20ème siècles. Sur le continent africain, l’espèce compte aujourd’hui environ 415 000 individus (contre 3 à 5 millions au début du 20ème siècle).

Terre d’accueil des éléphants de forêt (Loxodanta a. cyclotis), le Gabon compte la majeure partie de cette espèce en Afrique centrale, espèce désormais classée « En danger critique d’extinction » sur la liste rouge de l'IUCN des espèces menacées.

Les trois menaces directes pesant sur les éléphants sont la perte d’habitat (incluant la détérioration et la fragmentation), les conflits hommes-éléphants, et surtout le braconnage, principale menace pour le pachyderme.

Nous accompagnons le gouvernement, le Ministère des Eaux et Forêts, dans l'application de la loi faunique aux travers de nos interventions sur nos deux paysages prioritaires, TRIDOM Gabon et le Complexe d'Aires Protégées de Gamba

Sources: IUCN, Traffic, WWF

© naturepl.com / T.J. Rich / WWF
© naturepl.com / T.J. Rich / WWF

Grands singes


Sur le continent africain, ce nom regroupe les chimpanzés (Pan troglodytes) , les bonobos (Pan paniscus) et les gorilles (Gorilla gorilla).

Ces 3 espèces sont en danger, à cause de la chasse au gibier, de la perte de leur habitat, du commerce d’animaux et des maladies infectieuses (le virus Ebola a éradiqué 90% des gorilles des plaines occidentales au Congo et au Gabon).

Les gorilles (Gorilla gorilla) plus particulièrement, en danger critique d'extinction, sont d’autant plus vulnérables à ces menaces du fait de leurs caractéristiques biologiques, entre autres, une tendance aux naissances uniques.

Nous contribuons à renforcer la capacité de suivi de grands mammifères dans le TRIDOM Gabon et le Complexe d'Aires Protégées de Gamba.

Sources: IUCN, WWF, UN-GRASP

© Carlos Drews / WWF
© Carlos Drews / WWF

Tortues marines

Sur 7 espèces de tortues marines présentes dans le monde, les plages du Gabon en accueillent quatre pendant la saison des pontes : tortues luths (Dermochelys coriacea), tortues vertes (Chelonia mydas), tortues imbriquées (Eretmochelys imbricata), tortues olivâtres (Lepidochelys olivacea).

Le Gabon héberge la population la plus importante de tortues luth (Dermochelys coriacea) et abrite également la plus grande densité de nidification en Afrique, et probablement, jusqu'à 30 % de la population totale de cette espèce en danger d'extinction. Les prises accidentelles dans les pêcheries ont été classées comme la menace la plus importante pour les tortues marines à l'échelle mondiale, suivie par la consommation humaine d'œufs, de viande ou d'autres produits issue des tortues marines.

A Gamba, WWF est engagé pour la protection des tortues marines à travers un partenariat avec Ibonga, une ONG locale qui oeuvre pour la protection de l'environnement.

Source: SEA TURTLE, WWF

Ces espèces sont d’une importance écologique, économique et culturelle et nécessitent des efforts de conservation concertés au niveau global comme local.
© WWF-Gabon

Quelles sont les actions de WWF ?

A travers ses programmes, WWF met en œuvre des actions visant à résoudre le problème du commerce illégal d'espèces sauvages. Il se concentre sur la lutte contre le trafic illégal d'ivoire, de grands singes, de viande de brousse et d'animaux vivants.

Au Gabon, WWF continuera à contribuer à :
  • Soutenir l'adoption et la mise en œuvre de meilleures pratiques de gestion des aires protégées
  • Mettre en place un système de bio-monitoring efficace à travers des bases de données nationales
  • Soutenir des approches de gestion de la conservation adaptées, reconnaissant aussi le rôle des communautés
  • Développer des incitations mutuellement bénéfiques pour la coexistence des communautés et des espèces phares et des systèmes de démonstration pour l'engagement des communautés locales et leur inclusion dans les plans de gestion de la conservation.
  • Améliorer et développer les techniques d’atténuation du conflit Homme-Faune